Régiment le plus décoré de la Légion étrangère ayant combattu à deux reprises pour la libération du territoire national, engagé sur 4 continents, le 3e régiment étranger d'infanterie est riche d'une histoire prestigieuse, à l'image des 3 fourragères et 16 citations ornant son drapeau.

Né dans le fracas de la Première Guerre mondiale sous l'appellation "Régiment de Marche de la Légion étrangère", il s'y distingue à maintes reprises et se voit attribuer durant cette période 9 citations ; déterminantes pour l'issue des combats, la percée de la ligne Hindenbourg, le 14 septembre 1918, est la date retenue pour la fête régimentaire ; appelée fête de la fourragère, elle est l'occasion pour le régiment de puiser dans son histoire glorieuse et de rendre hommage au 7 216 légionnaires tombés sous le drapeau du régiment, que ce soit en France, au Maroc, en Indochine ou en Algérie.

Stationné à compter de 1973 à Kourou, en Guyane française, le 3e Etranger perpétue depuis bientôt 50 ans les traditions antiques de soldat et de bâtisseur. Bâtisseur en participant aux travaux de percée de la route de l'Est et en contribuant à l'aménagement du Centre Spatial Guyanais. Traditions de combattant en menant de front trois opérations permanantes, constitutif de son contrat opérationnel. L'opération TITAN, l'opération HARPIE et l'intervention dans la sous-région.

L'opération HARPIE vise à éradiquer l'orpaillage illégal : d'une part en détruisant les sites illégaux et leur logistique associée, d'autre part en occupant les zones orpaillées dans le but de dissuader leur exploitation. Conduite en permanence au coeur de la forêt équatoriale, HARPIE est menée au côté des forces de sécurité intérieures. Exigeante et rustique, elle place les cadres et légionnaires du 3e REI dans des opérations de chasse sur la durée et en autonomie ; ses résultats sur le terrain contribuent directement à la sauvegarde de la forêt équatoriale et à la santé des populations guyanaises.

L'opération TITAN vise à la sécurisation des espaces aéroterrestre des approches et sites de lancement des satellites, qu'ils soient lancés par les fusée Soyouz, Véga ou Ariane V. Avec l'arrivée en 2020 d'Ariane VI et les expérimentations prochaines d'un nouveau concept de lanceur type SpaceX, les dispositifs du Centre Spatial Guyanais sont amenés à évoluer.

Cultivant sa culture de l'intervention d'urgence, le 3e REI est prêt à être projeté dans des délais très courts, comme il l'a plusieurs fois démontré ; ce fut le cas en septembre 2017 dans le cadre de l'opération IRMA.

Dans la continuité de son histoire, en particulier son histoire indochinoise et malgache, le régiment est le référent du milieu équatorial pour les Armées françaises ; il entretient et développe cette expertise grâce au Centre d'Entrainement en Forêt Equatoriale (CEFE). Il dispose ici d'un outil de préparation unique aux opérations, d'un outil d'aguérissement et de formation au commandement, à la vie, la survie et au combat en milieu équatorial. Outil de rayonnement au profit de la Légion étrangère et des Armées, le CEFE voit passer sur ses pistes et sa zone d'instruction les unités des Forces Armées en Guyane, les écoles d'officiers, les médecins et les infirmiers, mais aussi les forces spéciales et les armées étrangères d'Amérique du Sud et d'ailleurs.

Ecole d'aguérissement, de rigueur et de commandement, le 3e REI est engagé en permanence dans des opérations exigentes et rustiques, tant pour ses hommes que pour ses matériels. Le régiment au 3 fourragères est un outil de combat rustique, soudé et toujours prêt à aller "en avant toujours en avant".

Selva !

COLONEL AMAURY POIRIER-COUTANSAIS

Photo CDC


En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.