Le 3e régiment étranger d’infanterie est un régiment en posture opérationnelle permanente sur le territoire national. Engagé sur les opérations TITAN et HARPIE, le régiment est également un réservoir de projection de forces dans la sous-région en particulier avec une section en alerte 24H un mois sur deux.

 

Opération TITAN, la mission prioritaire

Si le 3e REI est basé à Kourou, ce n’est pas un hasard. Dans le cadre de l’opération TITAN, le régiment a en effet pour mission prioritaire d’assurer la protection externe du CSG sur une superficie d’environ 700 km². Cette protection a lieu lors des phases de vulnérabilité des lanceurs (transfert des lanceurs, avant et pendant les tirs). Le régiment contribue ainsi à garantir l’accès de l’Europe à l’espace ! En raison de son expertise en matière de combat d’infanterie en milieu équatoriale, le 3e REI est une force particulièrement appropriée pour assurer les missions de contrôle de zone sur un terrain difficile constitué principalement de savanes et marécages. Apportant son appui au CSG dans de nombreux domaines, depuis son arrivée de Madagascar en 1973, le régiment capitalise sur l’expérience accumulée pour relever les défis d’aujourd’hui. S’adaptant au rythme soutenu et imprévisible du calendrier industriel du centre spatial, le régiment a participé depuis 1973 à la sécurisation de 253 lancements Ariane, 23 lancements Soyouz et16 lancements Vega. Cela induit pour le régiment un engagement opérationnel d’une moyenne de 45 jours par an, soit ¼ de son volume de projection.

TITAN

 

Opération HARPIE, la mission prépondérante

Le 3e REI consacre l’essentiel de ses moyens dans l’opération HARPIE, une mission visant à endiguer le fléau de l’orpaillage illégal. Tous les jours, les légionnaires sont engagés en forêt à la recherche des garimpeiros. Toutes les six semaines, les deux compagnies de combat se relèvent sur position, permettant ainsi de maintenir un contrôle de zone permanent et d’offrir visibilité et stabilité en programmation. Cette mission est particulièrement ardue sur les plan physique et mental car elle se déroule dans le milieu exigeant et isolé qu’est la jungle. Le légionnaire doit souvent progresser sur de grandes distances avec tout l’équipement lui permettant d’être autonome sur une longue durée. Par ailleurs, il doit conserver sa capacité à faire face à un adversaire totalement imprévisible.

Pour remplir ces missions, le 3e Etranger peut compter sur de précieux soutiens :

- les postes et bases opérationnelles avancées forment des points d’appui chargés de l’hébergement, du ravitaillement, du transport et des communications au profit des unités déployées sur le terrain,

- le GTMF, grâce à sa « flotte » constituée du CTM « Anne-Marie », d’une embarcation rapide rigide « Caïd », d’un zeppelin et de 10 pirogues, peut transporter le régiment partout en Guyane, en particulier là où les autres ne vont pas. De plus, doté d’une nouvelle embarcation semi-rigide Aluminium (CRA) « Téraphosa », il peut désormais renforcer significativement ses missions d’interception directe des pirogues des Garimpeiros,

- Si le 3e REI est le référent des Armées sur le milieu équatorial, c’est grâce au CEFE qui instruit les unités du 3, des FAG et d’ailleurs sur les bases indispensables à toute mission en milieu équatorial. Installé au cœur de la forêt guyanaise à Régina, disposant d’infrastructures d’entrainement uniques en France et d’une cellule forêt hautement qualifiée, le CEFE a formé près de 2 000 stagiaires en 2019. Outil de préparation aux opérations, de la basse à la haute intensité, le CEFE forme aux mission HARPIE, en particulier à l’aide d’un site d’orpaillage reconstitué.

HARPIE

 

Un réservoir de projection dans la sous-région

Force opérationnelle pré-positionnée, le 3e REI constitue une réserve de projection adaptée au combat en milieu équatorial et immédiatement projetable dans la sous-région pour y remplir différentes missions de souveraineté et de défenses fixées par le COMSUP des FAG.

Ayant déjà été engagé dans le cadre de l’opération CARBET en Haïti en février 2004, le régiment est venu en aide plus récemment à la population de Saint-Martin après le passage de l’ouragan Irma en septembre 2017.

OP IRMA


En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.