Entre le 24 et le 30 juin 2020, les Forces Armées Brésiliennes (FAB) ont conduit une opération de police dans la région de l’Oyapock, frontalière de la Guyane, en coordination avec les FAG. Visant des trafics transfrontaliers liés à l’orpaillage illégal, cette opération est issue des accords entre les forces armées des deux pays et partie intégrante de l’opération Harpie ; côté français, cette mission avait pour objectif d’interdire sur le territoire guyanais les infiltrations de trafiquants brésiliens en réaction à l’action des FAB.

Cette opération a permis au 3e REI et à la 22e BIS brésilienne (brigada de infantaria de selva) de travailler conjointement sur des opérations de contrôle de zone et de lutte contre les trafics clandestins. Elle a également permis au général de brigade (FAB) Quint, commandant la 22e BIS,, d’échanger avec les officiers du PC Harpon du 3e REI déployé à la BOA de Camopi sur les modes d’action et tactiques employés par les deux armées dans la lutte contre l’orpaillage illégal.

Dans le même temps et pour intercepter toute fuite vers l’embouchure du fleuve, la section l’aide à l’engagement débarqués (SAED) et le Groupement de Transport Maritime et Fluviale (GTMF) ont déployé pour la première fois en opération le SRA750 « Theraphosa » dans la région Saint Georges – Oyapock pour compléter le butoir naturel qu’est le Saut Maripa.


En naviguant sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies, ce qui nous permet de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêts.